La voie directe pour renforcer les soins infirmiers

L’initiative sur les soins infirmiers est-elle nécessaire pour contrer la pénurie croissante de personnel qualifié dans le domaine des soins ou le contre-projet indirect convient-il à cette fin? Les électeurs répondront à cette question le 28 novembre 2021 dans les urnes.

Aide et soins à domicile Suisse privilège le contre-projet indirect car celui-ci reprend les objectifs justifiés du texte de l’initiative sur les soins infirmiers, ne fait plus l’objet de débats politiques et peut donc être mis en œuvre plus rapidement qu’en passant par la voie constitutionnelle.

Positionnement d’Aide et soins à domicile Suisse

Avec le lancement de l'initiative sur les soins infirmiers, une préoccupation importante a été soulevée : il est urgent de renforcer les soins, et ce avec des mesures efficaces pouvant être mises en œuvre rapidement. Dans le cas contraire, les soins, à l’avenir, ne seront pas garantis.

L'initiative sur les soins infirmiers a pour volonté que les soins infirmiers soient ancrés dans la Constitution fédérale. La mise en œuvre de cet article constitutionnel prendrait plusieurs années.

Les préoccupations étant très urgentes, Aide et soins à domicile Suisse a soutenu de manière décisive l'élaboration du contre-projet indirect dans le but de renforcer rapidement et durablement les soins par des mesures efficaces bénéficiant d'un large soutien politique. Aide et soins à domicile Suisse soutient par conséquent le contre-projet indirect.

Pour que le contre-projet indirect puisse entrer en vigueur, l'initiative sur les soins infirmiers doit être rejetée. Aide et soins à domicile Suisse recommande de rejeter l'initiative pour la mise en œuvre rapide du renforcement des soins infirmiers.

Pourquoi le contre-projet indirect « Pour un renforcement des soins infirmiers, une sécurité des patients accrue et une meilleure qualité des soins » ?

  • Le contre-projet indirect contient les éléments centraux pour le renforcement des soins qui sont également demandés par l'initiative sur les soins infirmiers : Le contre-projet indirect contient donc l'essence politiquement réalisable de l'initiative sur les soins infirmiers.
  • Tous les groupes parlementaires et les partis du Conseil national et du Conseil des États ont voté en sa faveur. Le contre-projet indirect bénéficie d'un large soutien au Parlement.

Les trois piliers centraux sont :

  1. Avec près d'un milliard de francs, l'attrait de la formation, notamment au niveau tertiaire, sera renforcé et la pénurie de travailleurs qualifiés sera contrée. Les cantons et la Confédération s'engagent à verser chacun 469 millions de francs. À l'avenir, des contributions seront également apportées à la formation pratique des fournisseurs de prestations.
  2. La considération des besoins en soins des personnes souffrant de maladies complexes ainsi que des personnes nécessitant des soins palliatifs. Cela signifie que plus de temps est disponible, par exemple, pour les personnes atteintes de démence ou pour les personnes en situation palliative. Cela est important pour la satisfaction professionnelle du personnel soignant, pour la sécurité des patients ainsi que pour la qualité des soins.
  3. Une augmentation de la compétence du personnel infirmier, sans la convention supplémentaire entre les assureurs maladie et le personnel infirmier exigée par les assureurs. Cela signifie que le personnel infirmier est traité de la même manière que les médecins. Cela signifie que le personnel infirmier peut facturer aux assureurs maladie de manière indépendante.

Mise en œuvre

  • Le contre-projet indirect est juridiquement contraignant et peut être mis en œuvre rapidement. Il ne doit plus être négocié au Parlement et ne fait donc plus l'objet de différends politiques. Si l'initiative est rejetée, le contre-projet sera mis en œuvre.
  •  L'initiative, en revanche, est formulée au niveau constitutionnel. Elle est également formulée de manière très ouverte dans de nombreux domaines. La formulation sera la tâche du Parlement et dépendra donc aussi de ce qui est politiquement réalisable.
  • Si l'initiative sur les soins infirmiers est acceptée, sa mise en œuvre doit d'abord être renégociée au Parlement. Cela prendra plus de temps et il n'est pas garanti que le Parlement présentera une meilleure proposition de mise en œuvre.  Un temps précieux sera perdu pour contrer la pénurie accentuée de travailleurs qualifiés.

 

retour